Re: Polarisation de photon et phénomène quantique

Liste des GroupesRevenir à fs physique 
Sujet : Re: Polarisation de photon et phénomène quantique
De : yanicktoutain (at) *nospam* gmail.com (Yanick Toutain)
Groupes : fr.sci.physique
Date : 20. Apr 2023, 23:23:52
Autres entêtes
Message-ID : <837bfe27-b48a-4b4b-8fb3-d3b1c38565d8n@googlegroups.com>
References : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
User-Agent : G2/1.0
SIC Michel Talon
" Ensuite on peut synchroniser toutes ces horloges (c'est à dire synchroniser le temps 0, pas synchroniser la
vitesse de l'horloge) en envoyant un signal lumineux depuis le milieu entre les deux horloges, et en les réglant pour que le signal arrive en même temps. Le milieu, on le connaît puisqu'on sait mesurer les distances"
/SIC

Oui, à la stricte condition que les deux horloges et leur milieu aient l'extrême amabilité de rester IMMOBILES le temps de l'opération
parce que si l'un des horloges se dirige vers l''émetteur du signal AU MILIEU, cette horloge EMPECHERA le signal de parcourir son trajet complet
Et si la 2° horloge FUIT le signal, elle ne le recevra qu'après un délai supplémentaire lié à son déplacement propre
Ce qui est einsteiniste dans ce raisonnement erroné c'est l'incapacité de Einstein a comprendre l'existence d'un monde objectif et la différence avec la perception de ce monde
CITATION DE EINSTEIN
"Supposons que, me trouvant devant la fenêtre d’un wagon d’un train en marche uniforme, je laisse tomber, sans lui imprimer une impulsion, une pierre sur le talus. Je vois alors (abstraction faite de l’influence exercée par la résistance de l’air) la pierre tomber en ligne droite. Mais un piéton qui observe le méfait du sentier constate que la pierre dans sa chute décrit une parabole. "
+++++ FIN DE CITATION
Le piéton ne voit PAS une parabole
Et le passager du train verra une valeur de l'accélération non constante (variant plus que normalement)




Le jeudi 20 avril 2023 à 15:16:36 UTC+2, Michel Talon a écrit :
Le 20/04/2023 à 11:34, Richard Hachel a écrit :
Ce qui est amusant, c'est que pour moi, c'est parfaitement
incompréhensible.
 
Autant je comprends parfaitement qu'on PEUT synchroniser deux montres
qui se trouvent au même endroit,
quelque soit leur référentiel inertiel (donc au moment de leur
croisement), autant, pour moi, synchroniser une montre qui se trouve à
Paris avec une autre qui se trouve à Moscou est particulièrement stupide.
Tu viens de prendre conscience du fait que tu n'as rien compris à la
théorie de la relativité parce que tu n'as rien compris au fait que la
notion de repère est le fondement de cette théorie et préexiste à la
question de la mesure des distances ou des temps. Je me souviens de
t'avoir expliqué ça il y a des années (des décennies) mais tu n'y a
jamais prêté aucune attention, donc tu t'es toujours attaché à une
notion de repère complètement fausse, qui explique toutes tes lubies de
vitesse apparentes et autres fadaises dont tu ne peux pas te détacher.
 
La notion de repère consiste en un solide idéal parfaitement
indéformable. évidemment ça ne peut pas exister concrètement mais on
peut réaliser des approximations, par exemple la table d'un
interféromètre de Michelson et Morley est supposée indéformable ce qui
explique que les franges d'interférence ne sont pas sensées bouger si
on tourne l'appareil et on utilise une lumière fixée à l'appareil.
 
Une fois qu'on a un tel solide idéal on peut se déplacer d'un point à un
autre et mesurer des distances. Là encore on suppose que le mètre est un
mètre idéal qui ne se déforme pas. Par exemple supposant que la surface
de la terre est un solide idéal on peut promener un mètre de Paris à
Moscou et mesurer la distance.
 
Ensuite on peut planter une collection d'horloges partout dans le
repère. Là encore il y a une hypothèse implicite, que le battement de
l'horloge est exactement le même partout dans le repère. Einstein est
très explicite sur cette hypothèse. Ensuite on peut synchroniser toutes
ces horloges (c'est à dire synchroniser le temps 0, pas synchroniser la
vitesse de l'horloge) en envoyant un signal lumineux depuis le milieu
entre les deux horloges, et en les réglant pour que le signal arrive en
même temps. Le milieu, on le connaît puisqu'on sait mesurer les
distances. On peut très bien synchroniser un horloge à Paris et une à
Moscou dans le repère de la terre.
 
Quand tout cela est fait on peut décrire la trajectoire (x(t),y(t),z(t))
d'une particule dans le repère et donc sa vitesse, son accélération,
etc. toujours dans le repère. La notion de vitesse est évidente et il
n'y a aucune question de vitesse apparente ou autre dans un repère donné.
 
Finalement si on se met à considérer deux repères différents, alors en
effet on ne peut comparer directement que les indications de deux
horloges au même point, comme tu le dis. Mais comme dans chacun des deux
repères les indications d'horloge s'étendent en tous points des repères,
en fait on a bien une expression des coordonnées (x',y',z',t') d'un
événement dans le repère R' en fonction des coordonnées (x,y,z,t) du
même événement dans le repère R. Cette expression est donnée par les
formules de Lorentz et est telle que la vitesse de la lumière c est la
même dans R et dans R'. Et cette expression est telle que deux
événements simultanés dans R ne le sont pas dans R'. Sinon on ne
pourrait avoir la constance de c.
 
Bon tout ça est le point de vue de la relativité restreinte et il y a
des adaptations pas si évidentes pour la relativité générale.
 
 
--
Michel Talon

Date Sujet#  Auteur
30 May 24 o 

Haut de la page

Les messages affichés proviennent d'usenet.

NewsPortal