Re: Polarisation de photon et phénomène quantique

Liste des GroupesRevenir à fs physique 
Sujet : Re: Polarisation de photon et phénomène quantique
De : julien.arlandis (at) *nospam* gmail.com (Julien Arlandis)
Groupes : fr.sci.physique
Date : 24. Apr 2023, 23:24:47
Autres entêtes
Organisation : Nemoweb
Message-ID : <f6Zrh4sownhp59Uywtf8BkZQyzE@jntp>
References : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
User-Agent : Nemo/0.999a
Le 24/04/2023 à 22:57, Richard Hachel  a écrit :
Le 24/04/2023 à 22:45, Julien Arlandis a écrit :
Le 24/04/2023 à 22:37, Richard Hachel  a écrit :
Le 24/04/2023 à 21:33, Julien Arlandis a écrit :
Le 24/04/2023 à 12:23, "Benoît L." a écrit :
Le 24 avril 2023 à 11:21, Julien Arlandis d'un élan de joie s'exprima
ainsi :
 
Le champ magnétique est en avance sur la vision directe, c'est ce
point crucial qui invalide ton approche de direct live.
 Un champ magnétique évolue plus vite que la lumière ?
 C'est un résultat connu d'electromagnétisme que le champ électrique d'une charge animée d'une vitesse rectiligne et uniforme pointe vers la position instantanée t de la charge et non pas vers sa position retardée (celle que l'on voit et qui correspond à la position de la charge au temps t-r/c). En d'autres termes, quand on voit passer une charge, le champ électrique pointe en direction d'une position décalée par rapport à la position perçue, cette position virtuelle correspond précisément à la position que la charge va occuper visuellement après un instant r/c et qui correspond donc à la position réellement instantanée de la charge. Le champ électrique nous dit là où est la charge à l'instant présent, alors que la lumière qu'elle nous fait parvenir ne fait qu'indiquer la position où elle se trouvait quand l'onde lumineuse a été émise.
Ce que l'on voit est donc une indication du passé, en opposition au champ électrostatique qui ne se propage pas et indique un présent hypothétique sous réserve que la vitesse de la particule soit restée inchangée depuis l'instant où la lumière qu'elle nous fait parvenir a été émise. Cette explication paraît tout à fiat surprenante mais c'est ainsi  que l'électromagnétisme fonctionne.
 La question est alors, mais qu'est ce qu'il se passe?  Admettons que l'on stoppe l'électron juste avant qu'il ne traverse AB.  Le champ électrique pointe en direction de AB quand même?
 Mais il est pas passé entre AB.  R.H.
 Absolument, le champ électrique de l'électron est entièrement déterminé depuis le temps retardé t-r/c. Si sa trajectoire est déviée juste avant de traverser AB, tu mesureras son champ électrique pointer quand même dans la direction de AB mais tu verras bien l'électron infléchir sa trajectoire avec un certain retard par rapport à la mesure du champ. Le champ électrique qui indique une position erronée du fait du changement de trajectoire sera violemment corrigé par un puissant rayonnement qui est en quelque sorte la correction du cumul du champ électrique erroné perçu par l'observateur. C'est ce phénomène qu'on appelle le rayonnement et qui est lié à la variation de la vitesse de la charge.
 Il y a forcément quelque chose à tirer de tout cela.  R.H.
Ce sont des résultats de l'électrodynamique relativiste, ces phénomènes ont été correctement modélisés par Maxwell au 19è siècle mais étaient en violation avec la mécanique classique, c'est Einstein qui a introduit avec la relativité restreinte le cadre géométrique qui permet d'interpréter correctement les lois de l'électrodynamique. Pendant que ses contemporains essayaient en vain de corriger les lois de la mécanique pour les accorder avec les lois de l'électromagnétisme, Einstein a simplement proposé une modification de la géométrie. Son génie fut d'avoir vu avant tout le monde la véritable nature du problème qui n'était pas d'origine mécanique mais géométrique.
Un problème d'electromagnétisme particulier qui a perturbé Einstein était l'existence de phénomènes ayant des explications différentes selon le référentiel utilisé pour les décrire : par exemple l'induction de Von Newman modélise le courant qui se crée à travers une spire lorsque l'on y agite un aimant, mais pour décrire la même chose lorsque c'est la spire que l'on agite autour de l'aimant il faut utiliser la force de Lorentz. Or avant Einstein rien ne permettait de déduire la force de Lorentz à partir de l'induction de Von Newman et réciproquement, je pense que ce problème théorique est à la base des cogitations qui ont conduit Einstein à la théorie de la relativité.
Date Sujet#  Auteur
15 Jul 24 o 

Haut de la page

Les messages affichés proviennent d'usenet.

NewsPortal