Re: Quand l'I.A. pète les plombs sur la RR.

Liste des GroupesRevenir à fs physique 
Sujet : Re: Quand l'I.A. pète les plombs sur la RR.
De : rverret97 (at) *nospam* gmail.com (Richard Verret)
Groupes : fr.sci.physique
Date : 25. Apr 2023, 12:24:09
Autres entêtes
Message-ID : <6f2da109-b8ed-4fae-aeb7-1fdde899162an@googlegroups.com>
References : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
User-Agent : G2/1.0
Le lundi 24 avril 2023 à 19:29:10 UTC+2, Richard Hachel a écrit :
Ce Vo (O comme Oscar), est donc tout simplement une vitesse observable,
mesurable. Ce n'est pas la nature même des choses. Ce n'est PAS la
vitesse vraie, la vitesse réelle Vr.
Entièrement d’accord ! J’ai mis beaucoup de temps pour me rendre compte que la vitesse v de la relativité n’est pas la même que celle de la mécanique classique, qu’il y avait donc deux vitesses, une observée et une réelle.
Si tu fais la distinction entre la vitesse observable et la vitesse réelle, tu dois admettre qu’il y a le monde observable et un monde réel distinct de celui-ci. On rejoint alors la philosophie, le réalisme fait cette distinction. Je pense que la physique ne doit pas s’opposer à la philosophie, mais au contraire être son allié. Quand on arrive à des notions comme l’espace et le temps, elle doit même être en accord avec la métaphysique, qui comme son nom l’indique (https://dictionnaire.orthodidacte.com/article/definition-meta) englobe la physique. Le scientisme a eu le tort de croire en la toute puissance de la science, ce n’est pas à elle de s’occuper de métaphysique. Elle ne peut que s’y soumettre. À ce sujet la relativité qui mélange espace et temps est une hérésie car ces entités sont totalement distinctes, l’espace est à l’extérieur de nous, on l’observe l’extérieur, on s’y déplace, le temps est à l’intérieur de nous, on peut retourner dans le passé par un souvenir et se projeter dans le futur avec un projet.
Ces considérations philosophiques étant dites, passons à des choses plus triviales.
Je suis d’accord pour prendre ton vocable de grandeurs observables plutôt qu’apparentes, je les appelle aussi grandeurs perceptibles.
J’utilise l’indice o pour désigner des valeurs propres, lorsque l’observateur est immobile par rapport au corps observé. Cet indice pourrait convenir pour les vitesses mais il y a un risque de confusion avec les longueurs, les longueurs d’onde et les fréquences. Pour les grandeurs observées, perceptibles (perçues), je prendrai donc plutôt l’indice p. Pour les vraies grandeurs je ne mettais pas d’indice, maintenant je mettrai l’indice r, comme tu le fais.

Les vraies grandeurs et les longueurs perçues sont dans le rapport de Lorentz γ:
Lr = γ Lp; Vr = γ Vp (γ Vo pour toi) avec γ = sqrt(1+Vr²/c²) = 1/sqrt(1- Vo²/c²).
Comme tu l’as écrit:
Idem pour l'énergie, on obtient E=mc².sqrt(1+Vr²/c²) et non E=mc².sqrt(1+Vo²/c²),
Effectivement l’énergie est égale à E = γ m c².
D’ailleurs si c’était la vitesse observée (qui ne dépasse pas c), l’énergie ne dépasserait pas mc².sqrt 2.
Par contre, p = m Vr n’est valable que pour les faibles vitesses, car comme je l’ai dit l’impulsion est égale à p = m c arsh Vr/c = m c arth Vo/c.

Date Sujet#  Auteur
15 Jul 24 o 

Haut de la page

Les messages affichés proviennent d'usenet.

NewsPortal