Re: Quand l'I.A. pète les plombs sur la RR.

Liste des GroupesRevenir à fs physique 
Sujet : Re: Quand l'I.A. pète les plombs sur la RR.
De : r.hachel (at) *nospam* jesaispu.fr (Richard Hachel)
Groupes : fr.sci.physique
Date : 29. Apr 2023, 13:29:44
Autres entêtes
Organisation : Nemoweb
Message-ID : <F43PecOFcDExcEakZR4dAmmHMTM@jntp>
References : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
User-Agent : Nemo/0.999a
Le 29/04/2023 à 12:12, Richard Verret a écrit :

À la fin du XIXème, se posait le problème de la synchronisation des horloges dans les gares, relativement à la coordination des horaires des trains. Einstein a dû voir passer quelques brevets à ce sujet. Il s’en est donc préoccupé, mais c’est un problème technique pas scientifique. D’ailleurs il arrive, après son histoire de synchronisation parfaitement inutile, à un temps unique pour un espace donné.
 Voilà Richard, tu as compris ce que 7 milliards d'homes ne semblent pas capables de comprendre, ou pire, plus grave, ne veulent pas comprendre pour d'obscures raisons de fatuité et d'arrogance.
 "Nous ne voulons pas que Poincaré et Hachel règnent sur nous, nous voulons de l'Einstein et du Minkowski".
 C'est scientifiquement effrayant, mais c'est comme ça, on appelle cela "la folie humaine heureuse d'elle-même".  Cela revient, un peu, leur truc, à vouloir une même heure solaire pour toute la terre, or, on sait bien que ça ne marche pas. Quand le paysan chinois se lève pour planter son riz, la nuit vient juste de commencer pour la starlette de Dallas qui va faire son show, et les obliger à régler leur montre sur midi, c'est une belle convention, je dis pas, on peut leur envoyer un signal électromagnétique, mais la synchronisation ne sera jamais "absolument" solairement correcte, c'est à dire avec un soleil au zénith,
car si par chance ça marche pour l'un (une chance sur 86400) ça ne marchera évidement pas pour l'autre.
J'ai proposé, il y a quarante ans, le terme d'anisochronie universelle, pour cette propriété de l'espace.
La synchronisation d'Einstein est donc très jolie, mais c'est une oeuvre abstraite. Comme était jolie, mais naïve, l'idée de régler par un bip central l'horloge solaire de "deux individus différents placés sur des théâtres différents". Richard a donc compris, et je vous supplie de suivre son exemple.  
Il postule ensuite que des espaces en m.r.u. les uns par rapport aux autres —non! pardon des espaces inertiels— ont des temps propres à priori différents.
 Là, il faut faire attention, et je dois enseigner selon la technique des babys steps.
 Les petits pas de bébés.
 Il faut absolument différentier les termes utiliser, et ne les employer que dans une signification bien précise.  J'appelle notion de simultanéité le fait que deux événements se produise en même temps, ou au même instant, pour un observateur donné.
 J'appelle notion de chronotropie le fait que deux horloges différentes placées dans des référentiels inertiels différents (attention à chaque mot) ne mesurent pas le temps de la même façon, chacune battant réellement et réciproquement plus vite que l'autre montre.  Ce sont là les bases même de la logique relativiste.  Nous résumons : les physiciens ont raison quand il parlent de chronotropie des montres relatives par changement de référentiel, mais ils ont tort quand ils parlent de synchronisation des montres possibles
dans un même repère, la notion de présent local infiniment diffusible dans l'espace étant une pensée abstraite et non physique. A ce propos, une erreur s'est produite dans l'esprit des physiciens lorsqu'ils ont remarqué que quand la terre approchait de Jupiter, ses lunes tournaient plus vite, et qu'elles tournaient moins vite quand on s'en éloignait.
Il n'ont pas compris (frottons nous les yeux) que c'était là la première preuve, preuve magnifique si on avait compris, de l'anisochronie de l'espace, et le premier effet visible expérimental du premier principe de la relativité du temps par changement positionnel dans l'espace.  
Il paraîtrait que les horloges d’un espace se désynchronisent quand il accélère, si bien que lorsqu’il se retrouve en m.r.u. par rapport à l’autre espace ses horloges sont désynchronisées, contrairement à son postulat de temps unique. Cher l’erreur!
 Le terme désynchronisé n'est pas bon.
 Parce que au moment où les deux horloges se croisent à grande vitesse, elles ont exactement la même notion du présent de l'univers (elles sont au même endroit), elles VOIENT de même univers (mais très déformé spatialement : l'espace devient un mollusque de référence).  Par contre, ce n'est que très ponctuel, car elles n'ont pas la même bathmotropie (chronotropie) relative.  Elles vont vite se désynchroniser et observer des espaces temporels très différents.  Toutes les équations je les ai données depuis longtemps, mais l'arrogance humaine fait le reste.
 "On ne veut pas de tes merdes Hachel".  Et pourtant, comme disait Galilée, ça tourne, et ça tourne du feu de Dieu.  R.H.
Date Sujet#  Auteur
16 Jul 24 o 

Haut de la page

Les messages affichés proviennent d'usenet.

NewsPortal