Re: Quand l'I.A. pète les plombs sur la RR.

Liste des GroupesRevenir à fs physique 
Sujet : Re: Quand l'I.A. pète les plombs sur la RR.
De : r.hachel (at) *nospam* jesaispu.fr (Richard Hachel)
Groupes : fr.sci.physique
Date : 05. May 2023, 01:54:12
Autres entêtes
Organisation : Nemoweb
Message-ID : <OFomn-bv-V4lL0ITgOwHFomp6AI@jntp>
References : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
User-Agent : Nemo/0.999a
Le 05/05/2023 à 00:55, Python a écrit :
Le 04/05/2023 à 20:36, Richard Verret a écrit :
 
C'est toujours du grand n'importe quoi votre délire. Sérieusement
allez consulter un psychiatre.
 La technique du Python : "Mon adversaire est fou. Il faut qu'il consulte un psychiatre".
 Ca ne mène pas bien loin tout ça.
 Bon allez, je mets un peu de sel dans tout ça.
 Pour le Python : tu as enfin compris ce qu'était une vitesse apparente?
 Tu as enfin compris que la formule que je donne, c'est la même que devrait donné tout physicien qui se respecte, même s'il peut, parfois, la donner autrement (par exemple en donnant un sinus, ou un autre angle)?
 Tu comprends que ma formule est cachère?
 Je la redonne ici, Vapp=v/(1+cosµ.v/c)
 C'est bon tu piges? On peut avancer plus loin? T'arrêtes de faire le con?
---
 Pour Richard Verret.
 Tu as validé l'idée (un véritable miracle sur usenet) qu'il y avait trois sorte de vitesses en relativité.
 - Les vitesses réelles Vr
 - Les vitesses observables Vo
 - Les vitesses apparentes Vapp
 Mais allons plus loin, passons aux référentiels accélérés.
 J'ai donné une bonne vingtaine d'équations rien que là-dessus, en partant de l'idée que ce qui est observable n'y est pas non plus ce qui est réel.
 Cela semble d'une pure évidence, car si c'est comme ça dans les référentiels galiléens où Vo n'est pas Vr, ça l'est aussi dans les référentiels accélérés.
 Nous savons que dans la "réalité des choses", il faut rester simple.
 Par exemple p=m.Vr : la loi reste la même.
 Ce n'est que dans le leurre observationnel que la loi devient p=m.Vo/sqrt(1-Vo²/c²)
 Il en va de même pour les distances parcourues dans les référentiels accélérés.
 On a dans la réalité des choses : x=(1/2)aTr²  C'est d'une simplicité enfantine.
 Et donc Tr=sqrt(2x/a) comme en simple milieu basse vitesse.  Cela les physiciens ne l'admettent pas, et partent dans des équations débiles et fausses.
 Ce qui est très étrange, c'est que par contre, quand je transforme en vitesses observables et en temps observables et que je pose :
 x=(c²/a)[sqrt(1+a²To²/c²)-1]
 To=(x/c).sqrt(1+2c²/ax)
 Qui est infiniment plus compliqué à obtenir, ils l'acceptent.  Toi-même, valides-tu l'ensemble de ces équations?
 R.H.
   
Date Sujet#  Auteur
4 May 23 * Re: Quand l'I.A. pète les plombs sur la RR.6Richard Verret
4 May 23 +* Re: Quand l'I.A. pète les plombs sur la RR.4Python
4 May 23 i`* Re: Quand l'I.A. pète les plombs sur la RR.3Richard Verret
5 May 23 i `* Re: Quand l'I.A. pète les plombs sur la RR.2Python
5 May 23 i  `- Re: Quand l'I.A. pète les plombs sur la RR.1Richard Hachel
4 May 23 `- Re: Quand l'I.A. pète les plombs sur la RR.1Richard Hachel

Haut de la page

Les messages affichés proviennent d'usenet.

NewsPortal