Tombeau de Sarah G

Liste des GroupesRevenir à fra litterature 
Sujet : Tombeau de Sarah G
De : monsieur.karamako (at) *nospam* wanadoo.fr (Karamako)
Groupes : fr.rec.arts.litterature
Organisation : Easynews - www.easynews.com
Date : 01. Jan 2022, 16:25:10
Message-ID : <avZzJ.506628$g0K3.356683@fx09.ams4>
User-Agent : Mozilla/5.0 (Windows NT 10.0; Win64; x64; rv:91.0) Gecko/20100101 Thunderbird/91.4.1
Un peu après le confinement de mars 2020, alors que je me rendais sur la tombe familiale du cimetière nord, une tombe récente attira mon attention. La croix provisoire en bois plantée dans la terre fraîche indiquait que Sarah G. était décédée à la fin février, à vingt-cinq ans. Sa jeunesse me frappa et de retour chez moi, j’interrogeai internet pour en savoir plus.
Son nom apparut dans le classement des internes de médecine de l’année précédente. Elle avait été affectée dans un service du CHU de la ville. La tête encombrée d’informations sur la pandémie de SARS-CoV-2, j’imaginai aussitôt qu’elle avait été contaminée au début de la première vague, dans l’exercice de la médecine, et fauchée malgré son jeune âge par le virus.
Un peu plus loin dans la liste des résultats, sa fiche INSEE mentionnait qu’elle était née sur une lointaine île du Pacifique, ce qui expliquait son deuxième prénom, un mot polynésien à la signification poétique. Son faire-part de décès m’apprit ensuite les prénoms de ses frères et ses sœurs ainsi que celui de son compagnon, E., un prénom rare. Je découvris justement un E. sur la liste des internes nommés dans le même CHU, en pharmacie cette fois – peut-être s’agissait-il de la même personne ?
La page Facebook d’E. n’avait pas été mise à jour depuis 2019 – un très beau jeune homme à la mèche avantageuse mais dont la dernière petite amie connue n’était pas celle que je recherchais. Néanmoins, dans ses contacts figurait bien une Sarah G. dont le nom de famille avait été abrégé à ses trois premières lettres. Sur la page de cette dernière, la photo de profil, prise deux semaines avant sa mort, montrait E. de face, heureux, tandis qu’une jeune femme s’éloignait de dos, vêtue d’un manteau noir d’hiver, les pantalons retroussés sur ses pieds nus. La scène se déroulait au bord d’un lac ou sur la rive de l’Achéron. L’image de ce fantôme au visage caché et de son amoureux dont les chemins divergent pour toujours me fit penser à la nymphe Eurydice, happée par le dieu des Enfers. Ce portrait de dos, prémonitoire et tragique, suffisait, il m’en apprenait davantage sur Sarah que tous les selfies qui s’affichent ordinairement sur Facebook.
Il me manquait encore de connaître les causes de sa mort, même si c’est une curiosité un peu morbide. Un second faire-part, du service clinique de l’hôpital où elle officiait, indiquait que sa mort avait été « accidentelle ». En cherchant les accidents qui avaient eu lieu à la même date, un incendie meurtrier parut en tête des réponses. Ce fait divers qui avait bouleversé la ville me revint en mémoire. Cette nuit-là, à une heure du matin, le feu prit dans l’escalier d’un grand immeuble. Dans la presse, le récit d’un rescapé évoquait le déroulement de la catastrophe et même, au passage, le sort de Sarah. Réveillé par l’alarme incendie, l’homme avait d’abord cherché à passer par la porte de son appartement, mais la chaleur et la fumée l’en avait empêché. Il attendit alors les secours à la fenêtre et la nacelle des pompiers vint le cueillir. Plusieurs autres occupants de l’immeuble tentèrent de s’enfuir par l’escalier mais ils furent asphyxiés. Sarah était l’une de ces victimes.
Le soir même la police arrêta deux hommes, accusés d’avoir mis le feu à l’immeuble par vengeance, probablement à la suite d’une affaire de drogue… Une cigarette jetée dans un boîtier électrique avait déclenché l’incendie.
Quelques mois plus tard, à mon retour dans le carré du cimetière où se trouve la tombe de Sarah G., la croix de bois et le monticule de terre avaient été remplacés par une élégante pierre tombale, décorée avec tendresse. J’eus envie d’y déposer l’un des pots de bruyères d’hiver que j’apportais mais je n’osai pas, cela me parut inconvenant et puis, ce geste anonyme n’aurait-il pas inutilement intrigué sa famille ? Mais chaque fois que j’irai rendre visite aux miens, je m’attarderai un moment devant le tombeau de Sarah G.
--
L'absence de virus dans ce courrier électronique a été vérifiée par le logiciel antivirus Avast.
https://www.avast.com/antivirus

Date Sujet#  Auteur
01.01 o Tombeau de Sarah G1Karamako

Haut de la page

Les messages affichés proviennent d'usenet.

NewsPortal